Château de Birazel producteur de vins rouge et blanc Bordeaux Sud Gironde Domaine viticole familial à Saint-Hilaire-de-la-Noaille

La gestion de l’eau au Château de Birazel

Dès le départ, la famille Boeckx et l’équipe du Château de Birazel ont veillé à ce que leur projet soit cohérent, tant du point de vue culturel et commercial que technique. Il fallait donc aussi qu’il soit durable. C’est pourquoi tous accordent une importance déterminante au respect de l’environnement et à une gestion saine des ressources naturelles, notamment de l’eau.

Quatre cuves ont été enterrées sous la pelouse, devant le chai et plus haut, côté château, pour recevoir 40 000 litres d’eaux pluviales.

Quatre cuves ont été enterrées sous la pelouse, devant le chai et plus haut, côté château, pour recevoir 40 000 litres d’eaux pluviales. Si le réchauffement climatique rend la pluviométrie de plus en plus capricieuse, dans le Réolais les précipitations sont toujours importantes, avec une moyenne de 762 millimètres par an. À titre de comparaison, en France les cumuls annuels sont généralement compris entre 550 et 650 mm. Il aurait donc été dommage de dédaigner cet apport en eau garanti, bien utile lorsque vient la sécheresse ou la canicule.

Il ne s’agit bien sûr pas seulement de stocker l’eau dans des citernes. Il est indispensable de la purifier. Premier niveau de filtration: une grille a été placée sur les chéneaux afin d’arrêter les feuilles et branches qui risqueraient d’encombrer les descentes de gouttière. Lorsqu’elle se déverse dans la cuve, l’eau de pluie passe d’abord par un panier qui retient les débris s’étant glissés à travers le grillage. Elle est ensuite stérilisée grâce à une rampe à UV. Ce troisième filtre élimine 99% des bactéries, microbes, virus, algues, moisissures et autres micro-organismes qui pourraient s’y trouver.

Château de Birazel producteur de vins rouge et blanc Bordeaux Sud Gironde Domaine viticole familial à Saint-Hilaire-de-la-Noaille

Ce système de filtration ne rend pas les eaux pluviales potables, mais il permet de les recycler sans danger pour tous les usages domestiques, dans la maison et à l’extérieur. Des pompes permettent ensuite de faire remonter l’eau stérilisée, sans odeurs, jusqu’aux robinets extérieurs. Ici, les eaux ainsi recyclées servent à arroser le parc deux fois par semaine, notamment le pied des jeunes haies environnementales et des chênes truffiers. Côté chai, elles sont employées au nettoyage des espaces extérieurs. Le trop-plein se déverse dans le puits, posté depuis des siècles en surplomb des vignes.

C’est ainsi qu’au Château de Birazel, sans aller jusqu’à transformer l’eau en vin, on veille à ce que l’une et l’autre soient de la meilleure qualité possible, pour rendre à la terre ce qu’elle a donné.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.